Randonnée entre amis - Joseph Goodrich

Mon blogue

Randonnée entre amis

Randonnée entre amis - Joseph Goodrich

Mon vélo tout terrain avait subi quelques dommages. J’étais allé trop vite dans une pente chaotique, et ma roue avant avait été faussée. Cela tombait mal, car le weekend prochain, nous avions prévu une sortie avec des amis. Depuis nos jeunes années, je ne compte plus les jours passés avec eux à parcourir les bois, les champs, les forêts. Nous venons tous de la même ville. Notre adolescence s’est passée à côté d’une campagne qui offrait des possibilités illimitées pour de jeunes sportifs. Garçons et filles, nous étions tous ensemble sans nous soucier d’une distinction de genre. Pas de compétition, la seule performance que nous cherchions était de nous amuser. Notre amitié est très forte.

J’appelais Alexandre, qui était très doué pour ce type de réparations. Son emploi du temps était chargé, il devait aller chercher du courrier montreal pour son entrepris et déposer ses trois enfants chez ses beaux-parents. Il ne retrouverait sa totale liberté que samedi. Ce serait trop tard pour que je puisse les accompagner avec ma roue redressée. Il me demanda de ne pas m’inquiéter. Michael viendrait prendre mon vélo dans la journée. C’était son neveu de quinze ans. Il nous suivait parfois dans nos randonnées. Il avait le même don que son oncle pour refaire à neuf un objet brisé.

Il passa en effet à peine dix minutes après. Heureusement que, ce vendredi, j’avais pris une journée de congé. Je l’accueillis à la porte de mon jardin. Le jeune homme était venu avec sa mère. Elle serait de la partie samedi. Je leur offris des rafraîchissements, car la journée était chaude. Un orage menaçait. Je multipliais les recommandations à Michael. J’eus l’impression qu’il m’écoutait d’une oreille discrète. Il connaissait ma maison et surtout mon garage. J’ai une collection d’outils, rangés dans un ordre précis. L’adolescent était habitué à les manipuler. Il me demanda s’il pouvait s’en servir. Je le laissais tandis que je parlais avec sa mère. Nous étions dans l’organisation de la prochaine session : le trajet que nous voulions prendre, les lieux que nous aimerions découvrir, le matériel que nous devions emporter… Nous devions aussi fixer un lieu où nous retrouver. Il était souvent arrivé que l’un de nous se perde à dessein. La découverte de l’environnement en solitaire était un moment que j’appréciais. Mais pourrais-je participer activement à notre rassemblement du jour prochain ? La réponse me fut donnée immédiatement par Michael qui me présenta mon vélo prêt à être utilisé. Quel soulagement !