Prendre un petit congé, ça peut être merveilleux - Joseph Goodrich

Mon blogue

Prendre un petit congé, ça peut être merveilleux

Prendre un petit congé, ça peut être merveilleux - Joseph Goodrich

Il y a peu de temps de cela, l’idée de prendre des vacances, c’était pour moi impensable. En effet, tout ce qui m’importait, c’était de travailler, de collaborer sur mille et un projet. Bref, d’être toujours en action et à l’avant-plan. Je n’arrêtais pratiquement jamais. Vraiment ! 

Maintenant, ma vision des choses a un peu changé, et je dois remercier le personnel de la clinique dentaire benvenuti d'amours. Je sais que ça sonne un peu étrange, mais laissez-moi vous expliquer.

La petite histoire

Depuis belle lurette, je ne faisais pas tout les suivis que je devais faire. Je grinçais beaucoup des dents la nuit. Résultat, mes gencives se déchaussaient. La dernière fois que je suis allée chez mon dentiste, on m’a dit que je ne pouvais plus attendre, sinon, j’allais perdre mes dents. Il fallait donc faire tout ça en urgence. Et cette urgence allait me prendre du temps de repos, de rétablissement. 

Moi, m’arrêter, dormir, ne rien faire ? Comment allais-je y arriver ? Je n’avais jamais fait ça de ma vie.

Eh bien, après mon intervention, j’ai compris que je ne pouvais pas faire autrement. J’avais mal, j’étais fatiguée et je ne pouvais rien manger. Ma mère devait donc me faire des soupes tièdes et des smoothies.

De cette expérience, j’ai appris à regarder tout plein de séries, à dormir et à lire. Rien d’autre n’était possible de toute manière, je n’avais pas d’énergie.

Cette expérience m’aura permis d’apprendre beaucoup sur moi-même. Oui, je suis capable de ne rien faire, oui, je suis capable de m’arrêter. Eh oui, ça me fait du bien.

Donc maintenant, ça ne me fait plus rien de ne rien faire, même que je m’accorde maintenant une journée par semaine, journée où je décroche de tout.

Et vous, avez-vous déjà vécu ce moment qui vous a permis de revoir littéralement votre façon de faire ?